Blog

Tous nous jours parfaits

Auteur: Jennifer NIVEN

Edition : Gallimard

Résumé : L’histoire d’amour de Violet qui réapprend à vivre avec Finch qui veut mourir.

Je voudrais te poser une question. Crois –tu que ça existe un jour parfait ?

J’envoie un message à Violet : «  Tu es toutes les couleurs en une, à leur maximum d’éclat. »

T’es vraiment bizarre, Finch. Mais c’est le truc le plus mignon qu’on m’ait jamais dit.

 Avis :

On fait la connaissance de Violet et de Finch sur un toit. Tous les deux sont là pour sauter dans le vide mais Finch renonce et arrive à empêcher Violet de sauter. A partir de ce moment leurs destins vont être liés.

Finch est un lycéen atypique, que les autres traitent de « Fêlé », Violet est une fille populaire dans ce même lycée. Mais elle ne se reconnaît plus dans cette vie de lycéenne, un évènement récent a fait basculé sa vie et la vision qu’elle en avait. Après avoir sauvé Violet, Finch s’arrange pour devoir faire un devoir en commun avec elle. Ils vont devoir explorer leur Etat et en découvrir les lieux connus, insolites. D’abord réticente Violet finit par accepter et à participer réellement au projet. Pendant leur exploration, elle va apprendre à connaître mieux Finch et à l’apprécier réellement. L’amour que Finch lui porte va alors devenir réciproque.

Cette histoire est l’histoire de deux lycéens, que la vie et un devoir vont rapprocher, qui vont apprendre à se connaître, à s’apprécier et à s’aimer.

On apprend nous aussi à les connaître et on s’attache réellement à Finch et Violet, ils forment un couple atypique, beau et vrai. Ils sont mignons, drôles, on veut que leur amour dur toujours.

Je ne vous raconterai bien sûr pas la fin du roman, mais elle a un côté triste, injuste mais cela fait aussi toute la beauté de ce livre. On a envie de crier « Non mais non c’est pas possible, pas ça » et en même temps c’est une fin belle, émouvante et on a un sourire doux sur le visage, on pense à la beauté de l’histoire tout en pleurant. Ah oui prévoyez des mouchoirs, moi j’en ai eu besoin.

J’ai adoré cette histoire. Elle est émouvante, magnifiquement belle et triste.

 

Moi Simon, 16 ans Homo Sapiens

Auteur : Becky Albertalli

Edition : Hachette Romans

Prix : 16,90€

Résumé :

Moi, c’est Simon. Simon Spier. Je vis dans une petite ville en banlieue d’Atlanta (traduisez : un trou paumé). J’ai deux sœurs, un chien, Bieber ( oui, oui,comme Justin ) et les trois meilleurs amis du monde. Je suis fan d’Harry Potter, j’ai une passion profonde pour les Oréos, je fais du théâtre. Et je suis raide dingue de Blue.

Blue, c’est un garçon que j’ai rencontré sur le Tumblr du lycée. On se dit tout, sauf notre nom. Je le croise peut-être tous les jours dans le couloir, mais je ne sais pas qui c’est. En fait, ça me plaît bien : je ne suis pas du tout pressé d’annoncer à tout le monde que je suis gay.

Personne n’est au courant, à part Blue.. et maintenant cette fouine de Marin Addison, qui a lu mes e-mails et menace de tout révéler..

Avis :

J’ai emprunté ce livre à la bibliothèque parce que le titre m’a intrigué quand je l’ai vu posé sur son présentoir, et aussi parce que le résumé de la quatrième de couverture m’a plu. J’aime beaucoup le jeu de mots du titre du livre, il est vraiment bien trouvé.

C’est l’histoire de Simon, un lycéen homosexuel qui entretient une relation secrète par mail avec un inconnu appelé Blue. Simon assume totalement être homosexuel, mais il ne l’a pas encore annoncé à son entourage, ni à sa famille, ni à ses meilleurs amis ; Blue, lui aussi, est un homosexuel caché. Les deux garçons sont dans le même lycée mais ils ne connaissent pas la véritable identité de l’autre car Simon signe ses messages sous le pseudo de Jacques et rien dans leur mail ne laisse deviner qui ils sont. E pourtant avec le temps ils vont apprendre à se connaître, se raconter leur vie mais sans trop en dire, pour ne pas révéler qui ils sont. Parallèlement, ce que Blue ignore c’est que Simon fait l’objet d’un chantage de la part de Martin, un camarade de classe. Celui-ci, est tombé par hasard sur le compte mail de Simon et a vu tout l’échange de mail entre Simon et Blue. Il menace de révéler leur relation et leur homosexualité sur le Tumblr du lycée si Simon ne l’aide pas à séduire Abby. Pris au piège, Simon accepte à contrecœur.

Au fil de la lecture on apprend à découvrir Simon et Blue, on voit la relation qui se noue peu à peu entre eux, les sentiments apparaître et se développer. On s’attache à ses deux personnages et on se prend au jeu, on cherche des indices, on enquête avec Simon pour savoir qui est Blue. On se demande si Blue découvrira l’identité de Simon et si Simon découvrira celle de Blue.

On se doute bien qu’à la fin du livre ils découvrent qui est l’autre mais le trouveront-ils par eux même? Moi je n’ai pas trouvé qui est Blue, je ne suis pas une bonne détective…

Un autre problème  se pose : vont-ils être déçu ou heureux quand ils vont enfin savoir qui est leur correspondant ? Les sentiments vont-ils survivre au passage vers la réalité ?

J’ai dévoré ce livre en deux jours, cette histoire d’amour naissante est trop mignonne et attachante, on veut savoir qui est Blue, on veut que lui et Simon se rencontre et vivent une belle histoire d’amour. Ce livre aborde la question sensible du coming out. On peut lire les échanges de mails, on est entièrement plongé dans les conversations, on les voit évoluer ainsi que les sentiments. Et forcément on s’attache à ses deux garçons qui veulent se voir sans vraiment le vouloir, qui ont peur de passer du virtuel au réel. On se rend bien compte que ce n’est pas facile, encore moins pour deux lycéens.

Treize raisons

Auteur: Jay Asher

Edition: Albin Michel

Résumé :

Clay Jensen reçoit sept cassettes enregistrées par Hannah Baker avant qu’elle ne se suicide. Elle y parle de treize personnes qui ont, de près ou de loin, influé sur son geste. Et Clay en fait partie. D’abord effrayé, Clay écoute la jeune fille en se promenant au son de sa voix dans la ville endormie. Puis il découvre une Hannah inattendue qui lui dit à l’oreille que la vie est dans les détails. Une phrase, un sourire, une méchanceté ou un baiser et tout peut basculer.

Avis :

J’ai emprunté et lu ce livre après avoir vu la série. En principe je fais l’inverse, je lis les livres et je regarde les films ou les séries après, mais ma sœur insistait tellement pour que je regarde la série que j’ai cédé.

Clay Jensen, lycéen sans histoire reçoit un soir un colis, une boîte à chaussures contenant des cassettes, sept au total, chaque face numérotée de 1 à 13. Ces cassettes viennent d’Hannah Baker, une fille de son lycée sur laquelle il craquait mais qui s’est suicidée quelques jours auparavant. D’abord effrayé et réticent il va finir par écouter toutes les cassettes en une seule nuit, suivant les endroits en ville où Hannah lui demande d’aller. Chaque face des cassettes contient une raison, un événement plus ou moins qui a poussé Hannah à se suicider.

Ce livre traite du difficile sujet du suicide des adolescents. Des raisons qui peuvent pousser un être humain à mettre fin à ses jours. Dit comme ça ce livre n’a rien de joyeux, il ne l’est pas et pourtant il est aussi plein d’espoir. Il contient une morale implicite qui amène à réfléchir à notre comportement. Ici on a à faire à des ados mais cela peut se transposer à tous les âges. On se rend compte que chaque acte, chaque parole, a des conséquences. Parfois ce qui pour nous n’est qu’une blague, une parole banale ou un geste sans grande importance, peut être capitale voire vitale pour une autre personne.

On voyage avec Clay, on se met à la place d’Hannah, on essaie de comprendre son geste, ce qui l’a poussé à en venir à un acte aussi extrême. Bien sûr un seul événement n’a pas poussé cette jeune femme a en finir, c’est tout une suite d’événements mais le plus triste c’est que le lecteur se rend compte que si une personne, une seule personne avait agi autrement, rien de cela ne serait arrivé. C’est à la fois horrible et tristement réaliste.

Le personnage d’Hannah est assez controversé je trouve, on la voit espérer jusqu’à la fin, laissé une chance à la vie et pourtant parfois on ne comprend pas tous ses actes. J’ai parfois eu envie de jeter le bouquin de colère, de crier devant la série « Ne fais pas ça, bordel ne fais pas ça Hannah ». Je pense que soit on l’aime soit on la déteste, mais elle ne laisse pas indifférente. On ne comprend pas toutes ses réactions, mais il est difficile de se mettre à sa place dans cette suite d’événements. Ce qui lui arrive est horrible, parfois j’ai eu du mal à y croire, je me disais que tant de choses ne pouvaient pas arriver à une seule personne, le sort et les gens ont été cruel avec elle, volontairement ou involontairement.

Selon moi il est important de lire ce livre, il aborde un problème de société grave de façon étonnante, grave mais il n’est pas moralisateur, il arrive à nous ouvrir les yeux sans nous faire la leçon, ce que je trouve remarquable. Lisez ce livre et faites le lire à vos ami(e)s, jeunes ou moins jeunes, ce sujet concerne tout le monde.

Personnellement j’ai une petite préférence pour le livre même si la série est vraiment bien. Elle La série est plus dramatique que le livre même, audience oblige.  Le mieux est de lire le livre et de regarder la série, de vous faire votre avis.

Les ailes oubliées

Saga: La lumière d’Ayvana

Auteur: Ophélie Duchemin

Edition: Sharon Kena

Résumé :

«  Il cligna des yeux. Durant un instant, il avait cru voir des ailes transparentes sortir de son dos. »

Comment survivre dans un monde qu’elle pensait connaître mais dont elle ne sait rien ? Perdue, Yukirin découvre que derrière son existence se cachent des secrets jusque là bien gardés. Lorsque les azuras, ces créatures venant d’un autre monde, l’attaquent, elle doit fuir. Rejoindre Saï-Mina, le dernier bastion rebelle qui pourra assurer sa sécurité.

Aux confins d’Ethel, une guerre se prépare. Les ewens ont perdu leurs ailes, leur liberté et ils n’aspirent qu’à les retrouver. Et il se pourrait bien que le seul pouvoir qui sommeille en Yukirin et le retour de l’héritière disparue puissent les sauver. Mais le temps lui est compté. Même le guerrier aux troublants yeux verts qui a juré de la protéger ne pourra peut être pas la sauver.

Traquée, la jeune fille devra puiser le courage nécessaire pour affronter son ennemi et ouvrir son cœur. Car la haine et l’amour sont des armes et une fois le destin en marche, il n’est plus possible de lui échapper.. même pour la dernière héritière des Ayhna.

Avis :

J’ai acheté ce livre au stand Sharon Kena au salon du livre de Paris cette année. L’auteure est une de mes amies, j’avais déjà pu lire un extrait de ce roman et d’autres écrits alors je n’ai pas hésité. Amie ou pas, j’aurai acheté ce livre juste pour la quatrième de couverture et la couverture.

J’aime beaucoup la couverture, je la trouve vraiment jolie et très représentative de l’héroïne. J’aime les couleurs, la calligraphie et les ailes surtout. Elles sont magnifiques, je les adore.

J’aime beaucoup le style d’écriture, je ne lis pas beaucoup de science fiction, ce n’est pas mon style de prédilection. Dans ce genre je n’ai lu que des livres de vampires ou de sorciers et sorcières. Ici c’est un monde totalement inédit, j’ai eu  envie de le découvrir.

Dans ce roman, on entre dans un monde où des êtres possèdent des ailes, ce sont des êtres à part dotés de pouvoir mais leur espèce est menacée. Yukirin ne connaît pas ses êtres féériques et pourtant elle est leur princesse. Sa vie va totalement être bouleversée, elle va apprendre sa vraie nature et se retrouver au beau milieu d’une guerre. Elle va devoir apprendre à apprivoiser ses nouvelles facultés et son nouveau rôle. Mais au milieu de tout cela elle va aussi rencontrer un jeune homme qui fera chavirer son cœur.

J’ai adoré cette histoire, j’attends le tome 2 avec impatience. L’auteure a réussi, avec ses descriptions, à retranscrire l’univers dans lequel ses personnages évoluent. Je vous invite à entrer dans ce monde, mais je ne vous promets pas que vous puissiez en sortir. Moi je suis restée à l’endroit final et j’attends avec plus ou moins de patience la suite de l’histoire.

A fleur de sang

Auteur : Audrey Lardy

Résumé :

Rose quitte le château familial avec l’espoir de mener une vie plus normale .

Mais entre vampires (bons et mauvais), complots et rebondissements, elle aura du mal à échapper à son destin…

La Voix sera peut-être sa meilleure alliée …

La jeune femme fera-t-elle confiance à ses sentiments? Et surtout, l’amour peut-il survivre à tout dans cette vie ou dans une autre?

Mon avis :

J’ai eu la chance d’avoir ce roman sous format PDF directement de la part de son auteure.

Je mourrais d’envie de lire cette histoire. Le titre m’intriguait trop : Vampyre mais pas trop.

Pourquoi un y et non un i ? Comment peut on être vampire mais pas trop ?

J’avoue aussi que la couverture a beaucoup joué dans mon choix de lecture, je la trouve vraiment très belle.

Je n’ai pas eu toutes les réponses à mes questions mais je peux vous dire que j’ai vraiment aimé ce livre.

Au début j’étais dérouté par la relation entre Rose et Ezrah. Sont-ils amoureux ? En couple ? Amis ? J’étais perdu, mais l’arrivée de Lucius dans l’histoire a tout éclairci. Que vous dire de Lucius ? C’est mon personnage préféré. Avec son charisme, son charme, je me suis très bien imaginé le personnage et je l’ai adoré, son petit côté vieux jeu mais gentleman, sa retenue mais surtout les difficultés qu’il éprouve à se retenir le rende à croquer.

Rose quant à elle est touchante, drôle aussi avec ses commentaires et ses pensées, elle est attachante. Au découvre peu à peu son histoire, son passé, ses choix, ses obligations et ses contraintes, on a qu’une envie : l’aider.

Je trouve Ezrah, surprotecteur, il veut bien faire mais j’avais parfois envie de lui dire de la laisser respirer et de la laisser vivre sa vie. J’aimerai bien que son personnage évolue un peu plus dans le prochain tome, qu’il prenne encore plus de place, qu’on en découvre plus sur lui et que lui aussi tombe amoureux.

J’ai lu pas mal d’histoires de vampire mais celle-ci sort du lot, ils sont mystérieux, beaux, forts et sexys mais pas tous bien sûr. Ils peuvent être inquiétants, mauvais, malfaisants. On en sait encore peu sur leur manière de vivre et d’évoluer en société, comment se compose leur société, j’espère en découvrir plus avec les prochains tomes.

Ce livre est une jolie découverte, l’écriture est fluide, on ne s’ennuie pas même si parfois je me suis un peu perdue à essayer de trouver qui et qui et les relations qui relient les personnages aux autres. Je trouve que parfois les liens sont trop flous ou qu’ils mettent trop de temps à être dévoilés précisément. Je pense que certaines personnes pourraient être rebutées par cet aspect de la lecture. Mais à part ça je trouve que ce livre est un livre à lire, à découvrir.

Je ne connaissais l’auteure que par instagram et au début c’est la simple curiosité qui m’a poussé à lire le livre, mais maintenant il me faut la suite. Je l’attends avec impatience.

Le secret du vampire

Night world, Tome 1

Auteur: L.J.Smith

Edition: Michel Lafon

Résumé :
Le Night World ne se limite pas à un endroit précis. Il nous entoure. Ses lois sont très claires : sous aucun prétexte son existence ne doit être révélée à qui que ce soit d’extérieur. Et ses membres ne doivent pas tomber amoureux d’un individu de la race humaine. Sous peine de conséquences terrifiantes. Découvrez ce qui arrive à ceux qui enfreignent les règles…

Il n’y a aucun espoir pour Poppy : sa maladie est incurable. Elle  se prépare donc au pire. Jusqu’à ce que James, le plus beau garçon du lycée qu’elle aime en secret, lui fasse le plus fabuleux des cadeaux : un baiser vertigineux qui lui donne accès à son âme. Elle apprend ainsi que James partage ses sentiments depuis toujours, mais fait partie du Night World.

Bravant les interdits de son monde, le jeune homme propose à Poppy de le suivre jusqu’à la mort, et même au-delà. Mais il lui faudrait pour cela devenir un vampire…

Mon avis :

J’aime bien la couverture, elle est jolie, simple et énigmatique.

J’ai lu ce roman en deux jours, je l’ai littéralement dévoré. C’est un premier tome très bien écrit, plus on lit moins on veut s’arrêter, plus on approche de la fin et plus on veut que ça continue. Ce roman pose la base de la trilogie, c’est fait avec beaucoup d’intelligence et avec beaucoup de simplicité. Mais cette simplicité paie, j’ai tout de suite accrochée, pourtant je suis difficile en ce qui concerne les romans sur les vampires.

Poppy est une adolescente comme les autres, avec les mêmes préoccupations que toutes les adolescentes de son âge. C’est le début de l’été, elle  se prépare à profiter de l’été quand elle apprend qu’elle a un cancer, incurable. Elle pense qu’elle va mourir quand James lui offre un autre choix : devenir un vampire comme lui. Mais si elle accepte sa proposition elle les mets tous les deux en danger. Vu comme ça l’histoire n’a rien d’extraordinaire on y découvre les personnages principaux de la saga, leur caractère, leurs liens, on apprend ce qu’est le Night World. C’est simple, intelligent et fluide, ça rend ce livre vraiment très intéressant. Je vous conseille vivement ce livre. Je vais bientôt emprunter la suite de cette saga, j’espère que l’histoire continuera à me plaire comme elle me plaît.

J’ai trouvé ce livre dans le rayon jeunesse de la bibliothèque où je l’ai emprunté. Il est très bien pour des adolescents mais aussi pour des personnes plus âgées, si vous avez envie de fraîcheur, que vous aimez les vampires, les histoires d’amour alors je vous conseille cette saga. Moi je vais la continuer et la lire jusqu’au bout. J’ai hâte de retrouver James et Poppy.

Rome

Marked Men, Tome 3

Auteur: Jay Crownover

Edition: Hugo Roman

Résumé :

Intrépide et pleine de vie, Cora Lewis est aussi celle qui veille sur ses amis
« bad boys » tatoueurs dans le salon The Marked où elle officie comme perceuse. Pourtant derrière son apparente joie se cache un cœur brisé, et Cora est bien décidée à ne plus jamais se laisser embraser par une passion dévorante. Elle attend maintenant l’homme parfait, sans bagages douloureux ni histoire dramatique, avec qui elle pourra s’engager. Et elle tombe sur  Rome Archer.

Sous ses airs rassurants d’ancien soldat, Rome est têtu, autoritaire et rigide. Pas très « homme parfait » ! Et surtout il revient du front… S’il avait l’habitude d’être le grand frère protecteur, les fils aimant, le bon soldat, aujourd’hui il n’est aucun de ces hommes là. Traumatisé, il cherche un moyen de survivre et de reprendre le cours de sa vie, malgré les démons de la guerre qui le rongent. Pour cela, il pensait être seul, jusqu’à ce que Cora débarque dans sa vie et
l’éclaire de mille couleurs. Parfois les mauvais choix sont les meilleurs…

Mon avis :

J’aime bien la couverture mais je regrette qu’elle soit si peu cohérente. C’est Cora qui est tatouée dans ce roman et sur la couverture les tatouages sont sur lui. On aime les mecs musclés, les jolies couvertures mais un peu plus de cohérence ce serait mieux.

Je n’ai pas chroniqué mes deux tomes précédents mais il faut les lire. L’écriture est fluide, facile et très agréable à lire. Dans le 1er tome on rencontrait Rule et Shaw. Rule est un tatoueur, coureur de jupons qui ne se remet pas de la mort de son frère jumeau, Remy. Shawn est une fille  de bonne famille, elle était très proche de Remy, mais secrètement amoureuse de Rule. Leur histoire d’amour
est belle, une histoire comme on en rêve. Dans le tome 2 on fait plus ample connaissance de Jet et Ayden. Elle fuit son passé et lui essaie de fuir sa famille. Ils sont tout aussi mignons, l’histoire est vraiment très intéressante. Chaque histoire est unique, avec ses propres rebondissements, ses secrets, ses révélations. Il n’y a pas de temps mort, on ne se lasse pas, au contraire on dévore ces livres (moi oui en tout cas
).

Mais j’ai un petit faible pour Rome et ses failles, c’est un grand gaillard costaud, qui doit accepter ses faiblesses et se reconstruire. Cora est très attachante, sa naïveté en amour fait sourire.  Elle a son petit caractère, c’est un petit bout de femme qui ne se laisse pas faire et j’ai adoré ça.

Je ne sais pas lequel de ses trois romans je préfère, je n’arrive pas à choisir. Je les ai juste empruntés à la bibliothèque mais je vais aller les acheter rapidement. Seul petit bémol pour moi : l’histoire aurait pu continuer encore, les sentiments auraient pu être développés un peu plus. Mais là je chipote et je fais ma gourmande mais quand on aime on ne compte pas non ? C’est une des meilleures sagas que j’ai lu jusque maintenant. Je vous la conseille fortement.

 

Série à lire absolument!!

Fixed on you

Auteur: Laurelin Paige

Edition: Hugo Roman

Résumé :

Fraichement diplômée, Alayna a décidé de laisser derrière elle son passé et ses relations passionnées et  destructrices pour se concentrer sur son travail dans un club branché  new yorkais. Son projet tait parfait, à un détail près : c’était sans compter sa rencontre avec Hudson Pierce, le nouveau propriétaire du club… Un homme outrageusement beau, le genre que la belle  et fragile Alayna s’était juré d’éviter à tout prix pour pouvoir réussir à contrôler ses penchants obsessionnels…

Hudson lui fait alors une proposition qu’elle ne peut refuser.. Non seulement elle  ne peut plus l’éviter, mais elle est séduite par son univers et ne peut résister à son magnétisme envoûtant. Lorsqu’elle découvre la sombre histoire personnelle de Hudson, elle réalise, trop tard, qu’il est le pire des hommes avec qui elle pouvait nouer une relation. A moins qu’ils ne parviennent ensemble, au-delà de leur attraction physique, à guérir de leurs blessures passées et à trouver l’amour…

Mon avis :

La couverture est jolie sans être extraordinaire, je pense qu’il aurait fallu une couverture qui soit plus axée sur les penchants obsessionnels d’Alayna. Cela aurait été plus en accord avec le titre de la saga.

C’est un roman avec une écriture fluide mais j’ai mis du temps à le lire. La base de l’histoire est bien, les sujets abordés ( l’obsession surtout ) sont intéressants mais pour moi le gros point noir de ce premier tome les aller et venus sentimentaux des personnages. J’avais l’impression qu’Alayna passait son temps à se poser des questions, à se dire : il m’aime, il ne m’aime pas, mais si il m’aime, il ne m’aime vraiment ? Ca en devenait lassant, j’en avais le tournis, pour moi c’était sans fin, j’ai eu du mal à finir cette histoire.

Il n’y avait pas assez de suspense, tout, à part le secret d’Hudson ( qui n’est pas extraordinaire ) , est dévoilé dans le résumé. Je pense que cela aurait pu donner un très bon roman mais là je suis déçue et je ne pense pas lire la suite de la saga ou par curiosité, pour voir si les aller retour sentimentaux continuent, si c’est le cas je ne finirai pas le tome deux c’est sûr.

Ce n’est pas un roman que je déconseille, ça reste une bonne lecture tout de même, il m’a déçu mais pas de là à le déconseiller. Il ne m’a pas convenu mais il peut plaire à d’autres personnes. Mais bon il ne faut pas trop en attendre, ce n’est pas le meilleur début de saga que j’ai lu. Il n’est pas nul loin de là mais il y en a de meilleurs. J’aurai aimé qu’on en sache encore plus sur le passé obsessionnel d’Alayna, on voit bien que ces vieux démons sont toujours présents, elle est toujours obsédée mais elle se contrôle, j’aurais voulu voir ce que ça donne quand elle ne se contrôle pas. L’obsession peut être un  super sujet et poser plein de souci pour la construction d’un couple. Là je trouve ça trop limite trop facile

Je pense aussi que l’auteur aurait pu développer un peu plus la partie sur la proposition d’Hudson à Alayna. Ce sont là les deux points essentiels du roman et ils méritaient d’être encore plus approfondis. Peut être le sont ils dans la suite, pour moi il m’en fallait plus pour que j’accroche vraiment. Dommage mais lisez le et dites moi ce que vous en avez pensé, apparemment sur instagram certaines personnes ont adoré.

Hoax

La rumeur est la parole des lâches

Auteur: Christophe Léon

Edition: Oskar éditeur

Résumé: Caroline  Menez, professeur de français, prend sous son aile Kekili Zunu, une jeune fille ayant fui le Togo avec sa famille. L’enseignante remarque tout de suite que cette élève est brillante. Afin de la préparer au mieux au Bac de français, elle lui donne des cours particuliers chez elle. Il n’en faut pas plus pour que les bruits circulent. Leurs relations ne seraient pas seulement d’ordre scolaire. Caroline serait-elle vraiment amoureuse de son élève? Jusqu’où la rumeur ira-t-elle?

Mon avis: Je trouve la couverture très bien choisie, simple, très évocatrice et donc efficace. La tenue stricte de la femme de dos représente bien Caroline Menez, professeure de français appréciée de tous, pilier du lycée ou elle travaille. Les couteaux dans le dos représentent très bien les rumeurs et leur perversité.

L’histoire m’a tout de suite intéressé, elle m’a fait penser aux livres qui sont sortis récemment concernant les suicides ou les tentatives de suicide de jeunes à la suite de rumeur ou de harcèlement. Il m’a aussi fait penser aux livres, aux histoires racontant les relations entre un professeur, homme ou femme, et un de ses élèves. Ce livre mêle ces deux genres d’histoire, de quoi, en principe, en faire un bon livre dès le départ. J’étais déjà en train de lire un roman mais je l’ai arrêté pour lire ce livre et je ne le regrette pas. Je l’ai lu en une journée, l’histoire m’a captivé, je voulais savoir comment une ou plusieurs personnes, un ou plusieurs petits ou grands mensonges peuvent avoir de telles conséquences. au fur et à mesure de la lecture on se rend compte de l’ampleur que prend peu à peu les rumeurs et on a besoin (oui besoin) de savoir jusqu’où tout cela ira.

Dès les premières pages on sait comment l’histoire se termine mais cela ne gâche rien, ce n’est pas tant la fin qui compte que le chemin. Peu à peu, au fil des pages, on découvre les protagonistes qui directement ou non sont la source de ces rumeurs. Chacune de ses personnes ne causent pas à elle seule l’issue de cette histoire, mais l’accumulation de tous leurs actes scellent le destin de chacun des protagonistes. L’histoire aurait pu être approfondie, elle aurait pu durer plus longtemps, le livre ne fait que 220 pages environ, avec de grandes marges des quatre côtés des pages. J’avoue que j’en aurai redemandé encore et encore..

C’est un sujet sensible, difficile à traiter, les rumeurs sont tellement basses, mesquines et vicieuses la plupart du temps qu’il faut faire attention à ne pas tomber dans les clichés. L’histoire pourrait être une histoire vraie, elle est vraiment très bien racontée. On voit précisément pourquoi les personnages ont agi ainsi et les conséquences de leurs actes. On se rend compte que pris individuellement ces actions sont plus ou moins graves, mais ce qui déclenche la frénésie c’est surtout la réaction des gens, les avis qu’ils se font sans connaître l’histoire et encore moins le vrai du faux. L’auteur arrive bien à nous montrer l’ampleur, la naïveté de certaines personnes, on voit peu à peu les choses déraper et en même temps on voit qu’il peut aussi y avoir une part de vérité derrière toute rumeur. C’est un savant mélange entre le vrai et le faux, la vérité et le doute. C’est un roman qui fait réfléchir sans pour autant être moralisateur ou barbant.

J’ai aimé le style d’écriture, le langage change selon l’âge du personnage qui parle ou agit. Par contre j’ai moins aimé le fait que les sauts temporels présents ne sont pas toujours bien définis, il n’ a qu’un simple retour à la ligne, pas de saut de ligne, pas de signe distinctif. Mais ce point est tout à fait personnel.

Je vous conseille vivement de lire ce livre si comme moi vous aimez les livres qui font réfléchir, qui vous laissent « sur le cul ».

Dans la peau d’une djihadiste.

Enquête au coeur des filières de recrutement de l’Etat islamique.


Résumé: Convertie à l’islam, Mélodie rencontre sur les réseaux sociaux le chef français d’une brigade islamique. Amoureux d’elle au point de la demander en mariage, il l’appelle nuit et jour et l’exhorte à rallier son combat en Syrie. De « chat » Facebook en conversation Skype, la jeune femme se laisse tenter et prépare secrètement son départ.

Derrière le profil de « Mélodie » se cache en fait la reporter Anna Erelle, spécialiste de la propagande numérique, l’une des armes les plus redoutables  de l’Etat islamique. Pendant un mois, elle s’est immiscée dans la peau de l’une de ces jeunes Européennes qui, chaque semaine, sont plus nombreuses à se laisser embrigader  par le « djihad 2.0 ».

Une enquête loin d’être sans risque, car duper un terroriste a un prix…

Mon avis: C’est un  très bon roman, une histoire vraie, un thriller, un roman policier.

Ce livre est un très bon livre, très bien écrit, il se lit facilement, il est fluide et l’histoire est très intéressante, surtout dans le contexte actuel.Quand on commence ce livre on a du mal à en sortir avant la fin, on est intrigué, choqué, perplexe et curieux. On veut connaître la fin, on veut en savoir plus sur cet homme, sur son comportement, sa pensée, sa vision de la religion.

L’auteur a pris des risques, parfois trop peut être, pour, à la base, écrire un article sur la propagande numérique de l’Etat islamique. Tout part d’un hasard, une journaliste a un faux profil Facebook, qu’elle utilise pour se tenir informer du djihad et de la propagande. Elle entre en contact avec un djihadiste qui se révèle être haut placé dans la hiérarchie de l’Etat islamique. Elle saisit cette opportunité pour en découvrir plus, elle entre alors dans un jeu de séduction avec lui. Le lecteur va pouvoir apprendre les techniques de recrutement, de propagande utilisés par ces hommes.

C’est un livre qui m’intéressait beaucoup et je ne suis pas déçue, il a répondu à quelques unes de mes questions, j’en ai appris plus sur ce phénomène. Je pense qu’il est intéressant de lire ce livre pour mieux comprendre le contexte actuel, pour avoir une vision plus précise et plus réelle de ce qui attire ces jeunes, ce qu’on leur promets et ce qu’ils trouvent là bas réellement.

C’est un très bon livre, un livre qu’il est important de lire et de partager, je vous le conseille vivement.